Ce qui est pratique lorsque l’on est empereur de l’Empire romain et que l’on s’appelle Néron, c’est que peu de gens osent nous froisser.

D’autant plus pratique lorsque l’on est un piètre dramaturge et que l’on veut tout de même être reconnu. Suétone nous rapporte que l’empereur Néron contraignait les sénateurs et le public a « subir » ses compositions lors d’interminables lectures.

Bien entendu, le public devait se montrer enthousiaste, sous peine de violentes sanctions.

Il nous est également rapporté que des spectateurs se faisaient passer pour mort afin d’échapper à ces lectures impériales.