Au jour d’aujourd’hui, nous ne disposons que de 0,1% de la production de textes antiques de l’époque. Cela représente environ 3 000 documents.

Cette immense perte s’explique par les différentes persécutions religieuses qui ont mené à de gigantesques destructions de textes antiques.

Ces pertes s’expliquent également par le « grattage ». cette technique consistait à à gratter les anciens textes pour pouvoir récupérer le papier, ressource précieuse à l’époque. Ce papier gratté et réutilisé s’appelle un « palimpseste ».

De même, beaucoup de ces 3 000 documents nous sont parvenus grâce aux citations d’auteurs plus récents.